Contact

Pour toute demande de partenariat, renseignements … Merci d’envoyer un mail à l’adresse ci-dessous, je tâcherai d’y répondre le plus rapidement possible 🙂

Email : contact@tavieestbelle.com 

Lorsque l’on prend conscience que ce que nous mangeons fait partie intégrante de notre corps, de notre esprit, de notre santé … On ne mange plus comme avant !

C’est en 2013 que j’ai fais ce constat. J’ai accouchée d’une petite fille prénommée Léna et j’ai pris 21 kilos durant la grossesse ! Je suis le genre de femme a avoir des formes (que j’aime) mais imaginez bien que 15 kilos en plus c’était un peu trop de rondeurs pour moi. Je me suis prise en main et j’ai suivi un rééquilibrage alimentaire de 3 mois. J’ai perdu ces 15 kilos durant ce court laps de temps … Oui mais voilà, les kilos sont partis, mais ce rééquilibrage (autrement dit régime, soyons honnêtes) m’a détraqué le bidon.

Aérophagie, douleurs aigües à l’estomac, crampes au bas ventre, mal de foie, ventre dur et gonflé … Ces maux,  je les vis encore, j’essaie de vivre avec et de les adoucir avec l’alimentation et quelques principes de relaxation (pas évident au XXI eme siècle !). C’est suite à ces maux que je me suis intéressée de plus près à notre alimentation et à tous les abus dont nous sommes victimes. Aidée par une amie intolérante au gluten, j’ai trouvé le juste milieu entre une alimentation saine, bonne pour la santé et gourmande.

C’est ce que j’appelle, la cuisine responsable :

  1. Eviter les produits transformés

    On ne le répètera jamais assez … Les plats tout prêts sont du pur poison ! Sucres en tous genres, additifs nocifs, sable (et j’en passe)… ils regorgent de « E » et d’ingrédients néfastes pour notre santé. Le jambon blanc par exemple que vous achetez « emballé sous atmosphère protectrice » « issue de viande Française » est bourré de nitrate (ce qui lui donne sa jolie couleur rosée) qui est un puissant cancérigène. Je bannis un maximum toute la cuisine transformée ou si vraiment je n’ai pas le choix, je m’oriente vers les marques bios et éthiques qui proposent des alternatives plus qualitatives.

  2. Consommer bio un maximum

    J’entends encore autour de moi « le bio ce n’est qu’une mode » ce qui m’énerve au plus haut point ! Non, le bio est bel et bien un label hautement réglementé et certifié sans pesticides. Les pesticides sont un fléau qui touche la majorité des produits non bios. Encore quelques agriculteurs utilisent l’agriculture raisonné et la biodiversité mais la majorité des produits que l’on trouve en grandes surfaces sont bourrés de pesticides. Je ne m’étendrai pas sur les effets dangereux des pesticides qui sont très connus aujourd’hui (car j’en aurai pour des heures !) mais je les évite au maximum.

  3. Consommer des produits locaux

    Un de mes plaisirs hebdomadaire lorsque les beaux jours arrivent est de me rendre à la cueillette proche de chez moi avec ma fille ! Elle n’est pas certifiée « bio » mais « agriculture raisonnée » et n’utilise pas de pesticides. Cela me permet de consommer des fruits et légumes de ma région. J’aime également me rendre directement chez les petits producteurs en Essonne ou dans les fermes bios pour acheter du fromage de brebis. Internet est une mine d’or pour trouver la cueillette ou le producteur proche de chez vous.

  4. Manger des fruits et légumes de saison 

    Malheureusement, le melon en Janvier ou la courge en août c’est impossible … A moins d’user de pesticides, de serres et d’OGM ! La saisonnalité des fruits et légumes est très importante pour nos terres en premier lieux car la « surculture » pollue et détruit les sols. Ensuite, Les fruits et légumes de saison sont tellement meilleure gustative ment parlant. Le melon de juin est juteux, sucré, tendre à souhait … Celui que l’on trouve en janvier dans les supermarchés est sans saveur … Puis, pour notre santé bien sûr car un légume de saison n’aura pas besoin de pesticides et autres substances chimiques.

  5. Limiter les produits animaliers

    C’est un sujet assez critique de nos jours … Je ne suis ni vegan, ni végétarienne, ni flexitarienne comme beaucoup de gens aiment à s’appeler. Je respecte chaque conviction et m’inspire beaucoup de la cuisine végétarienne et végétalienne dans mes recettes mais je ne veux pas me mettre d’étiquette. Pour moi, le risque est dans l’abus. Si les 7 milliards d’habitants que nous sommes réduisaient leur consommation de lait et de viande de moitié, les industriels ne se serviraient plus de « fermes d’élevage » où il peut y avoir parfois jusqu’à 40 000 vaches (Fair Oaks Farm aux états unis). La maltraitante animale est intolérable et malheureusement elle existe car les consommateurs demandent toujours plus et moins cher. Limiter les produits animaliers n’est pas seulement bon pour la santé mais également pour les animaux et notre planète.

  6. Réduire le gluten

    Je ne suis pas intolérante au gluten comme beaucoup le sont de nos jours, je réduis le gluten par conviction. Le gluten est une protéine présente notamment dans certaines céréales qui sert, à la base, à donner de l’élasticité et du volume aux pâtes. Le blé sous sa forme la plus connue en a la plus forte teneur et à force d’être traité et récolté est devenu complètement pollué. Une fois le blé récolté, on ressème des graines sur ce même sol déjà pollué .. C’est un cercle vicieux. Nos ancêtres n’avaient aucun mal à digérer le gluten, car il était « pur ». Malheureusement, encore une fois, les abus en ont fait un poison qui vient se stocker dans nos intestins et se digère difficilement. Je m’oriente vers des farines sans gluten ou des vieux blés encore préservés et à faible teneur en gluten comme le petit épeautre et le seigle qui sont d’ailleurs très bien assimilés par les intolérants au gluten.

  7. Trouver des alternatives plus saines

    Je suis une grande gourmande 🙂 et si vous êtes sur ce blog, il y a de fortes chances que vous le soyez aussi ! Je ne veux pas me priver de mes petits plaisirs culinaires comme les crêpes, le gâteau au yaourt ou encore les pizzas ! C’est pourquoi, j’essaie de trouver des alternatives plus saines aux recettes traditionnelles : pour mes gâteaux, j’utilise de la farine de petit épeautre ou de riz, du lait végétal au lieu du lait de vache, je fais mes propres pizzas, avec les ingrédients que j’ai choisis et une pâte à pizza bio sans gluten … Ce blog regorge d’alternatives pour se faire plaisir sans culpabiliser.

Ce blog est principalement un blog de cuisine mais j’aime y parler de sport et vous faire découvrir mes voyages. Je veux, à travers ce site, vous faire découvrir mes passions et mes coups de coeurs.

Retrouvez-moi sur Instagram : @tavieestbelle
Sur Facebook : @tavieestbelle
Et sur Youtube pour des vidéos de cuisine, de sport et de voyage : @tavieestbelle

N’hésitez pas à me poser vos questions, j’y répondrai avec grand plaisir.